Luc Belot, député de Maine-et-Loire, rejoint Parlement & Citoyens

Luc BELOT AN.jpg

Nous avons le plaisir d’annoncer l’entrée de Luc Belot au sein de la communauté. Récemment nommé rapporteur du projet de loi « open data », ce passionné de numérique a formulé de très intéressantes propositions dans une note publiée par la Fondation Jean Jaurès dont nous vous reparlerons très bientôt. En attendant, nous vous invitons à prendre connaissance des ses réponses à nos questions :

Quand et pourquoi vous êtes-vous engagée en politique ?

Je suis d’abord issu du monde associatif, c’est une formidable école de la citoyenneté. Administrateur d’un centre social associatif, j’ai vite constaté que les moyens et les priorités dépendaient aussi des élus, et plutôt que de les critiquer en permanence, je me suis dit qu’il fallait s’y mettre pour changer les choses !

Durant votre mandat parlementaire, quelle est la loi à laquelle vous avez été la plus fière d’apporter votre vote ?

Le vote de la « loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe » en mai 2013 fut un moment historique auquel j’ai été très fier de participer. 
Un autre moment important dans mon mandat de parlementaire fut le vote de la « loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République » en juin 2013. C’est un sujet sur lequel j’ai travaillé en tant qu’élu local depuis 2008 notamment par le biais d’une expérimentation pour évaluer les rythmes scolaires sur la semaine de 4,5 jours. C’est une loi sur laquelle je me suis fortement engagé à l’Assemblée nationale depuis 2012 et en laquelle je crois profondément.

Selon vous, que faudrait-il faire pour que les citoyens retrouvent confiance envers les élus (notamment les parlementaires) ?

La mission que se voit attribuer un élu lorsqu’il est désigné pour représenter ses électeurs est d’être utile, de proposer et de travailler sur des propositions (en l’occurrence, de loi en tant que parlementaire) et des actions pour améliorer le quotidien des citoyens, pour porter un modèle de société en lequel il croit.

Nous devons innover, trouver de nouveaux outils pour que, pendant notre mandat, nous puissions avoir un échange plus direct avec les citoyens sur le travail fait à l’Assemblée mais aussi sur leurs attentes. Les formats classiques (compte-rendus, réunions publiques) sont nécessaires mais comment échanger avec les « invisibles », les citoyens décrocheurs qui ne croient plus et ne veulent plus échanger avec les politiques ? Je crois sincèrement que seul le dialogue, renouvelé, peut nous amener à retrouver la confiance par la compréhension du travail en cours et des attentes que nous avons collectivement.

Plus largement, de nombreuses mesures sont bien sûr encore à mener pour que les élus offrent toutes les garanties d’être exemplaires. Cela passe par le non-cumul des mandats, mais aussi par la transparence avec la déclaration de patrimoine ou le compte-rendu d’utilisation de la réserve parlementaire. La nouvelle génération de parlementaires a majoritairement cette façon de penser. Cela est aussi lié à notre utilisation des outils numériques qui changent notre quotidien et notre façon d’interagir avec le monde.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre la communauté Parlement & Citoyens ?

Dans une note publiée par la Fondation Jean Jaurès il y a quelques mois, j’évoque la piste du numérique comme outil d’une citoyenneté active.

On a parfois peur de ce nouveau monde numérique qui serait l’avènement de l’individualisme, pourtant le champ du numérique véhicule des valeurs qui sont celles de notre modèle social : la culture du partage, de la collaboration, de la construction collective et du consensus.

Il promeut un idéal démocratique et peut être la source d’innovations citoyennes. Parlement et citoyens est une de ces innovations.

Elle propose une nouvelle forme d’engagement, une démarche réciproque de la part des parlementaires et des citoyens, grâce à son outil de consultation en ligne et à sa boîte à idée législative. C’est une très belle piste à explorer et je suis très heureux de rejoindre cette démarche.